Révolutions

Une exposition photographique événement sur le printemps arabe
Photographies de David Sauveur, Dominic Nahr, Guillaume Binet, Julien Daniel,
Lionel Charrier, Luca Sola, Olivier Laban-Mattei, Ron Haviv, Yuri Kozyrev





De Libye, d’Egypte, de Tunisie nous parviennent des photographies fortes, qui nous heurtent, nous bouleversent, nous émeuvent. Des photographies sans lesquelles les événement n’auraient pour nous qu’une réalité lointaine - des photos sur lesquelles nos regards sont braqués. Nous avons voulu leur donner une place différente de celle qu’elles occupent dans la presse, une place éloignée de l’analyse politique. Nous montrons ici des images iconiques, universelles, intemporelles, issues de l’actualité chaude - des pépites tirées de la braise. Les photographes qui participent à l’aventure sont actuellement encore sur le terrain Ce sont des photographes de guerre, des grands reporters, des regards exigeants portés sur un monde en mouvement.






Sur la place Tahrir (Caire), des manifestants, fantomatiques sous des bâches en plastique, campent depuis des jours. A Benghazi (Libye), la place du tribunal où sont regroupés les insurgés a été rebaptisée place Tahrir. A Tunis, un vieil homme digne et élégant reçoit la puissance d’un jet d’eau glacée dirigé par la police, et se redresse, muet et inflexible. « Pendant une révolution, on est plus beau, plus grand, plus courageux », crie Alaa El Aswani, l’auteur de L’immeuble Yacoubian.
Le monde est en train de changer sous nos yeux. Les révolutions des pays arabes ont fait irruption dans nos vies et rien ne sera plus comme avant.






Les révolutions, moments rares et incertains où les hommes se soulèvent contre la fatalité, où les peuples entrent en mouvement pour se saisir de leur histoire, font partie du patrimoine de l’humanité. Qu’elles réussissent ou qu’elles échouent, qu’elles soient par la suite entachées de disgrâce, détournées ou confisquées, ou bien qu’elles donnent naissance à une société nouvelle, elles se détachent de leur histoire particulière et nationale comme un appel. Les révolutions concernent chacun d’entre nous, en tant que citoyen du monde. Cette exposition est un hommage à ceux qui ont un jour l’audace de se dresser contre l’ordre établi.

Dans une deuxième partie de l’exposition, un récit complet sur l’Egypte a été composé. L’implacable succession des événements y est racontée par les regards croisés de trois photographes présents sur place des prémices de la révolte au paroxysme de la crise, et jusqu’à présent encore. C’est l’histoire en mouvement sur les murs.