White Sea Black Sea

Une exposition photographique de Jens Olof Lasthein,
prix Leica Oskar Barnack 2010





Western troublant derrière l’ancien rideau de fer.

Jens Olof Lasthein, poussé par ses souvenirs d’enfance de la Guerre froide et par la culture politique d’un Européen, a voyagé de la mer Blanche (un golfe de la mer de Barents, dans l’océan Arctique), à la mer Noire, traversant la Russie, la Roumanie, la Transnistrie, la Lituanie, la Biélorussie... Il est allé à la rencontre de ceux qui vivent entre deux univers, entre deux ères. Ses images à l’intangible nostalgie donnent à voir l’instant fragile de la mutation, captent la douloureuse incertitude de la transition, dans une relecture personnelle de la vieille division entre Est et Ouest, entre Rome et Byzance, entre l’Orient et l’Occident.

Jens Lasthein s’intéresse à l’intériorisation de la frontière, aux lignes de front intérieures. « Lorsqu’on travaille en panoramique, l’intérêt de l’image naît de la proximité », explique-t-il. Ce choix technique le contraint ainsi à s’approcher au plus près de son objet. Il doit aller au contact, repoussant ses propres limites, bousculant son rapport traditionnel aux autres : celui d’un observateur. Sa représentation du monde, et de l’Europe, ressort transformée de cette épopée.





L’amplitude extrême des images, très cinématographique, à la Sergio Leone, lui permet de raconter une pluralité d’histoires. Ce regard plus grand que nature oblige le spectateur à reconstituer l’image, qui semble déborder, forcer la rigueur de la composition. Il y a ce que perçoit le photographe et, dans les marges, les accidents de la vie, les petits moments spéciaux, qui donnent une coloration si particulière à sont travail, l’habillent d’un voile de nostalgie, de mélancolie. Dans les photographies de Jens Lasthein règne le bruit du monde.

Jens Olof Lasthein est né en 1964 en Suède et a grandi au Danemark. Il a exercé quantité de petits métiers (conducteur de bus ou employé de banque) et beaucoup voyagé. Photographe free-lance, il travaille pour la presse, ainsi que sur des projets personnels. Il est l’auteur de deux ouvrages remarqués : Moments in Between, 1994-1999, autour de la guerre en ex-Yougoslavie et White Sea Black Sea, 2001-2007. De nombreuses expositions personnelles lui ont été consacrées, notamment en Arles, au Musée de la photographie de Charleroi, au festival de Sète, ou encore au Musée de la photographie de Séoul…
Il est lauréat 2010 du prix Leica Oskar Barnack.